Banniere Blogue V2

Il est où le bonheur ?

Write a comment

Commentaire en bas de page

Pourquoi écrire sur le bonheur ? Parce qu’on a souvent l’impression que le bonheur c’est une denrée rare. On le cherche comme on cherche un trésor. Certains le poursuivent et d’autres vont jusqu’à le traquer ! Quand finalement on l’obtient, ce n’est que pour une poignée de secondes. On se demande comment le conserver parce qu’on a le sentiment qu’il nous glisse entre les doigts, comme le temps. On a envie de le cacher au fond de notre poche comme Félix, pour l’amener chez soi, pour s’en occuper, pour ne plus qu’il nous quitte.

J’écris sur le bonheur parce qu’il est éphémère, intangible, invisible, incolore et inodore, mais que pourtant il est là ! Il ne demande qu’à être découvert ! Il veut qu’on lui porte attention ! Je le sais puisque j’y ai goûté. Je l’ai vu caché dans le détour, il m’attendait avec un sourire. Il était si heureux que je l’ai remarqué qu’il s’est mis à se pointer plus souvent dans ma vie. Il m’a même demandé de le partager avec les autres. Alors, j’écris ce texte en son honneur, pour partager avec vous ce qu’il me fait découvrir chaque jour, parce qu’il est primordial et précieux pour chaque être humain de la terre, peu importe sa couleur, son sexe, son rang social, sa religion… J’ai décidé d’écrire sur le bonheur, afin que vous ayez, vous aussi, la possibilité d’avoir des outils pour être présents à cet état tant convoité.

Je me souviens de la première fois où j’ai ressenti le bonheur. Attention, j’insiste sur le mot « souviens », car cela m’est forcément arrivé d’avoir ressenti du bonheur avant le moment que je vais vous décrire, mais je ne devais pas être assez attentive. Je devais être trop occupée par ma vie d’étudiante, de nouvelle enseignante et de maman. Puis, la mémoire est une faculté qui oublie, alors j’ai oublié de lui porter attention.

Cela me semble presque impossible que mon premier moment de félicité se soit seulement manifesté dans ma vie à l’âge de 31 ans. J’ai complété un baccalauréat, j’ai acheté une maison, j’ai donné naissance à deux enfants tout de même ! Ne sont-ce pas là des moments magiques supposés nous rendre heureux ? Le bonheur il était où alors ? Ne vous méprenez pas en pensant que je n’étais pas heureuse de ces événements dans ma vie. J’étais fière et comblée de terminer mes études, d’avoir une première classe à moi, de fabriquer un autre être humain. Mon cœur s’est gonflé de joie en entendant le premier rire de mes bébés. J’ai ressenti une satisfaction incroyable quand mes filles ont fait leurs premiers pas, quand elles ont prononcé leur premier mot, quand elles ont commencé l’école. J’éprouvais du contentement quand je recevais des compliments et des félicitations à propos de mon travail. Mais, le bonheur, je ne l’ai vraiment identifié dans ma vie que ce jour de novembre 2010.

Je rentrais à la maison après une journée particulièrement plaisante avec mes élèves. Je travaillais alors dans une toute petite école de ma région. Elle ne comptait qu’une trentaine d’élèves. Comme ce n’est pas beaucoup, les élèves étaient regroupés en classe multi-niveaux. La mienne contenait la quatrième, la cinquième et la sixième années. C’était tout un défi et j’éprouvais de la fierté à pouvoir gérer trois niveaux et en même temps arriver à veiller sur chacun de mes jeunes. J’adorais ça, car j’avais l’impression de me dépasser.

Cette journée-là, j’avais pu constater l’évolution de certains de mes étudiants, nous avions eu des fous rires pendant que je leur faisais la lecture d’un livre qui racontait soixante-dix-sept versions de la même histoire. Certaines de ces versions étaient vraiment très drôles. En conduisant ma voiture ce jour-là, je regardais le paysage défiler en repensant à ma journée et c’est là que c’est arrivé. Je n’avais jamais eu cette sensation auparavant. Du moins, je ne m’en souviens pas. J’avais littéralement la sensation de flotter. Je sentais une boule de chaleur dans ma poitrine et j’avais envie de crier ! Le sourire aux lèvres, je m’étais fait la réflexion suivante : «  C’est peut-être ça le bonheur ? » À ce moment, j’associais cet état de bien-être à mon travail, à ma vie amoureuse et familiale. Tout allait pour le mieux et j’étais convaincue que c’était grâce à ça que je me sentais si bien.

Cette agréable sensation n’est demeurée que quelques instants.  Cela a d’ailleurs pris une très longue période avant qu’elle ne daigne se pointer le bout du nez à nouveau dans ma vie ! Je n’ai pas été malheureuse entre temps, loin de là. Je n’avais tout simplement pas l’impression d’avoir des ailes. Le sentiment de légèreté s’était envolé. Cependant, même si ce que j’avais éprouvé dans ma voiture n’était pas permanent, je vivais des choses qui me rendaient joyeuse et qui me procuraient beaucoup de plaisir. Mais pour revivre ce moment magique, j’ai dû faire preuve de beaucoup de patience.

J’ai eu des épisodes de découragement, des instants de frustration et même des jours où j’ai souhaité déménager dans un autre pays pour voir si j’y étais. Pour découvrir si le métro-boulot-dodo était meilleur ailleurs. Pour y chercher le bonheur. J’avais encore beaucoup de chemin à parcourir pour vivre le bonheur au quotidien. J’avoue que même aujourd’hui, il y a des journées plus difficiles à vivre que d'autres. Des journées d’inquiétude, d’anxiété ou le stress de la vie quotidienne arrive à prendre le dessus sur le reste. Je suis convaincue que toi aussi tu vis ça. Tout le monde vit ça. Dans ces moments, j’essaie de me ramener à moi, au moment présent pour être consciente des bonheurs que je vis et qui passent parfois inaperçu. Le tourbillon de la vie nous entraine et on se laisse prendre au jeu : le travail, les enfants, les factures à payer, l’épicerie, le ménage… On est entrainé vers le fond et on oublie d’être heureux. On oublie d’être présent, attentif au bonheur qui lui, nous guette patiemment.

Par chance, le bonheur est patient. Il surveille tes faits et gestes et au bon moment, il te surprendra ! Il attend simplement que tu cesses de le chercher où il n'est pas et que tu lui portes réellement attention. Là, il se montrera. De plus en plus souvent. Il t’accompagnera dans la compréhension de qui il est, il te guidera en te donnant des astuces pour le garder. Il t'aidera aussi à le partager avec ceux qui le cherchent à leur tour. 

Je te laisse sur quelques citations sur le bonheur qui me font du bien quand je les lis. Elles me ramènent à l’essentiel.

  • Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage » Albert Schweitzer ;
  • Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive » Bouddha ;
  • Il n’y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin » Inconnu ;
  • Sois tellement heureux que quand les autres te regardent, ils sont heureux à leur tour ! » Inconnu ;
  • Le bonheur c’est l’harmonie entre ce que tu penses, ce que tu dis et ce que tu fais » Gandhi.

Geneviève

 

Dis quelque chose ici ...
Annuler
symboles restants.
Vous arrivez ? ( Vous devez vous inscrire )
Ou poster en tant que visiteur
Chargement du commentaire ... Le commentaire sera actualise apres 00:00.

Soyez le premier pour commenter.

Infolette inscription V9

je minscris v7 

En poursuivant votre navigation sur notre site vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles En savoir plus sur les cookies